La création d’une entreprise est une étape majeure dans votre évolution professionnelle. Si elle est synonyme de changements, cette démarche doit être menée correctement pour que votre entreprise ne demeure pas à l’état de projet. Afin de mener à bien votre projet, plusieurs organismes et plateformes web peuvent vous aider à atteindre vos objectifs.

Création d’auto-entreprise : des plateformes web pour vous accompagner

Des plateformes en ligne s’adressent aux jeunes auto-entrepreneurs qui ont besoin d’assistance pour mener leurs projets à bien. Il convient par exemple de faire appel à des plateformes telles que Pole-autoentrepreneur pour démarrer sa micro-entreprise et retrouver l’ensemble des démarches pouvant être réalisées en ligne. Le site propose un accompagnement personnalisé dès la création de votre auto-entreprise. Ses services s’étendent à la modification de votre affaire, ainsi qu’à la cessation.

La plateforme vous assiste aussi bien pour la facturation de vos services, que pour le suivi de votre chiffre d’affaires, ou pour l’obtention d’un SIRET. Quelle que soit la nature du service dont vous avez besoin, vous pouvez déposer votre demande en remplissant un simple formulaire.

entreprise auto entrepreneur restauration

Auto-entrepreneur : la Chambre de commerce pour vous accompagner

L’organisme territorial de votre région pourra également vous accompagner dans vos démarches. La Chambre de Commerce et de l’Industrie (CCI) peut vous accueillir pour un entretien au cours duquel un agent sondera vos motivations et les avancées de votre projet.

L’organisme propose aussi des réunions accessibles aux jeunes auto-entrepreneurs souhaitant comprendre le fonctionnement de leur statut. La CCI vous considère comme des interlocuteurs privilégiés auxquels ils peuvent offrir un diagnostic de projet.

Cette intervention vous permet d’avoir un regard objectif sur la rentabilité de votre future affaire, ainsi que sur la pertinence des démarches entreprises. Depuis quelques années, elle offre aussi des ateliers en e-learning, et peut correspondre régulièrement avec des auto-entrepreneurs désirant évoluer dans les meilleurs délais. Ces échanges se font par téléphone ou par e-mail, et vous êtes mis en relation directe avec un conseiller qui suivra votre développement.

L’URSSAF, une protection pour les activités artisanales et commerciales

L’organisme de collecte peut répondre aux attentes des auto-entrepreneurs. Il propose un régime social grâce auquel les entrepreneurs commerciaux et artisanaux peuvent remplir des cotisations sociales. Cet organisme pourra vous porter assistance si vous réalisez des profits non commerciaux, ou liés à une fonction libérale.

L’Union de Recouvrement pour la Sécurité Sociale et les Allocations Familiales (URSSAF) estime les collectes en fonction des chiffres d’affaires déclarés. L’organisme évalue vos charges en fonction de ces estimations, et vous offre son assistance pour la gestion de ressources pour la sécurité sociale des cotisants. Le recours à l’URSSAF vous permet aussi de régulariser votre situation grâce aux fréquents contrôles employeurs. L’organisme peut proposer son aide pour remplir des démarches de déclaration CFE. Son assistance est personnalisée et suit de près vos déclarations de chiffres d’affaires.

Le SSI, une protection sociale pour les indépendants

En tant qu’auto-entrepreneur, vous avez une obligation d’affiliation auprès d’un organisme de protection sociale. La sécurité sociale des indépendants (anciennement RSI) vous permet de profiter d’un régime particulier. Vos cotisations vous donnent droit à une couverture retraite de base, ainsi qu’à un remboursement des soins maladie et maternité.

Votre statut d’indépendant implique une validation de vos mensualités ou de vos trimestres, quelle que soit la nature de votre activité. En fonction de votre secteur et de vos revenus, le taux applicable aux cotisations sociales sera plus ou moins élevé. Les secteurs de la restauration, de l’achat-vente et de l’hébergement continuent à retenir les taux les plus bas. Les prestataires artisanaux et commerciaux, ainsi que les libéraux cotisent aux taux les plus élevés. La SSI peut vous informer sur les différentes réglementations à connaître, ainsi que sur les organismes que vous pouvez approcher pour compléter vos déclarations.

L’ACRE, une aide financière utile

Les démarches de création et de lancement d’une activité d’auto-entrepreneur entraînent des coûts élevés. L’Aide aux Créateurs ou Repreneurs d’Entreprise bénéficie aux micro-entrepreneurs qui ont besoin d’une structure plus étendue qu’un soutien financier classique.

Ce régime vous permet de bénéficier d’une exonération de cotisations sociales. Elle concerne essentiellement les cotisations vieillesse, maladie, maternité, veuvage, décès et invalidité. Elle peut aussi être appliquée aux allocations familiales. Le dispositif compte aussi des conditions relatives aux revenus professionnels des créateurs et/ou repreneurs d’affaires. Il implique une exonération totale et dégressive des cotisations pour les rémunérations ne dépassant pas les 75% du plafond prévu annuellement par la sécurité sociale.

auto entrepreneur micro entreprise

L’AGEFIPH, une aide nécessaire aux personnes handicapées

L’AGEFIPH est une association de gestion de fonds pour les personnes handicapées à la recherche d’un emploi. L’organisme vient en aide aux personnes souffrant d’un handicap dans le cadre d’une création ou d’une reprise d’entreprise.

Les personnes atteintes d’un handicap et inscrites au Pôle Emploi peuvent solliciter l’aide de l’association. Celle-ci comprend l’accompagnement d’un professionnel qui vous guidera à travers vos différentes démarches. L’AGEFIPH suit l’évolution de votre auto-entreprise durant une certaine période, et peut proposer une trousse de première assurance. Cette offre vous permet de bénéficier d’une assurance multi-risques, d’une prévoyance sociale, ainsi que d’une couverture santé couvrant les frais d’hospitalisation, les dépenses dentaires, et différents soins médicaux.

L’organisme peut offrir une aide financière, mais il est nécessaire que l’auto-entrepreneur puisse apporter un fonds équivalent à 1.500 euros. Notons que cette demande d’assistance doit être prescrite par un conseiller Mission Locale, Cap Emploi, ou Pôle Emploi. Des aides à l’adaptation et à la formation peuvent compléter cette assistance.

Entrepreneuriat des femmes : les dispositifs d’accompagnement

Au cours des dernières années, plusieurs dispositifs ont vu le jour pour aider les femmes à devenir entrepreneures. Parmi les plus populaires, nous retrouvons le Fonds de Garantie à l’Initiative des Femmes, qui peut vous accorder un crédit ou des fonds de roulement.

Vous pouvez aussi faire appel aux services de Force Femme, une association nationale offrant un accompagnement gratuit aux femmes entrepreneures de plus de 45 ans. Il vous est également possible de compléter vos formations grâce aux ateliers et accompagnements offerts par l’association Action’elles. L’organisme national propose un service de suivi personnalisé accessible partout en France.

L'actu Juridique :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here