Près de quatre Français sur dix décident, en 2018, de créer une société pour exploiter leur activité commerciale. La constitution d’une société est souvent une grande aventure pleine de rebondissements et de surprises. Pour éviter les pièges, il est préférable de se renseigner sur les avantages et les inconvénients des différentes formes sociales. En France, la SARL connaît un vrai succès et pourtant elle n’est pas toujours adaptée à toutes les activités. Il est quelquefois préférable d’avoir recours à une SASU plus souple en termes de gestion.

La SAS, la forme sociale la plus souple

Une société par actions simplifiée peut être instituée par une ou plusieurs personnes et l’avantage est que les associés ne supportent les pertes qu’à concurrence de leur apport. Lorsque cette société ne comporte qu’une seule personne, celle-ci est dénommée associé unique. Constituer une SAS est très facile, car la réglementation offre une grande liberté au représentant légal. La liberté statutaire est large ce qui permet au président d’avoir des pouvoirs très étendus. Il peut donc gérer sa structure sans avoir trop de contraintes liées à la vie de la société notamment en sollicitant une assemblée générale pour l’autoriser à investir ou à souscrire un financement. Bien évidemment, le représentant légal sera contraint de nommer des commissaires aux comptes et déposer ses comptes annuels. Ce sont des inconvénients que l’on ne retrouve pas lorsqu’on exploite une entreprise en nom propre.

Quelles sont les formalités pour créer une SAS ?

La création d’une SAS nécessite très peu de formalités qui peuvent être accomplies directement par le dirigeant, sans avoir recours à un conseil juridique. Le dirigeant devra prendre soin dans la rédaction des statuts afin de conserver le maximum de prérogatives dans le but de ne pas se limiter. Les statuts devront être déposés au greffe du tribunal de commerce accompagnés d’un formulaire administratif afin de désigner les premiers dirigeants. Ces formalités sont très peu onéreuses et le centre des formalités pour les entreprises (CFE) peut vous guider dans vos premières démarches.

 

L'actu Juridique :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here