Comment préparer sa retraite en tant que professions libérales ?

Les professions libérales sont assez nombreuses en France et font de plus en plus rêver les jeunes en recherche d’indépendance et de nouveaux défis. Une manière d’être son propre patron et d’exercer le métier de ses rêves sans contrainte hiérarchique. Cependant, si cette voie professionnelle offre une grande liberté, elle est également assortie d’obligations administratives, comptables et sociales. De plus, exercer son activité de manière libérale nécessite d’envisager l’avenir et notamment sa retraite, car aucun autre employeur ne va cotiser à votre place ni souscrire de complémentaire.

Comment préparer sa retraite au mieux ?

Préparer sa retraite, à la grande surprise de la plupart des personnes, est un processus qui doit débuter dès l’entrée dans la vie active. En effet, qui dit retraite dit arrêt de toute activité et donc perte de salaire, surtout en matière de profession libérale. Il est donc primordial de songer à effectuer une épargne retraite afin de mettre de côté de manière efficace. 

Pour préparer sa retraite, il faut se pencher sur la question et effectuer un calcul afin de connaître son niveau de vie, faire un calcul des charges fixes et des revenus qui pourraient arriver. Tout en prenant en considération que les dépenses ne seront pas les mêmes au moment de la retraite (les frais d’essence, de repas et les loisirs ne seront pas identiques). 

Afin de s’assurer des revenus confortables, l’idéal en tant que professionnel exerçant son activité de manière libérale est de réaliser des investissements qui apporteront des sources de revenus supplémentaires. Notamment des investissements immobiliers, qui représentent une valeur sûre et une source de revenus pérenne sur le long terme. Pour les amateurs la prise d’actions ou d’obligations au sein d’une société est également souvent rentable, mais nécessite un peu plus d’expérience pour ne pas prendre trop de risques inconsidérés. 

Comment préparer sa retraite au mieux ?

Le PER

Pour vous assurer des revenus, l’idéal est la souscription d’un plan d’épargne retraite (PER). Un mécanisme qui est entré en vigueur en octobre 2019 et qui remplace peu à peu l’ensemble des mécanismes d’épargne retraite présents sur le territoire. Si 3 catégories de PER existent, seul le plan d’épargne retraite individuel nous intéresse ici puisque les 2 autres concernent les entreprises. Pour savoir vers quel projet d’épargne vous tourner, vous pouvez faire confiance aux conseils de Perlib.fr. 

Le PER individuel est accessible à toute personne intéressée et peut se souscrire auprès d’un établissement financier ou de votre compagnie d’assurance. ll s’agit d’un plan d’épargne sur le long terme qui permet de mettre de l’argent de côté au cours de sa vie active afin de se créer une rente disponible au moment de la retraite. Si votre départ à la retraite n’est pas trop proche, l’argent présent sur votre PER peut être investi sur des actifs plus risqués et plus rémunérateurs et les fonds sont placés sur des espaces de moins en moins risqués lorsque votre date de départ en retraite se rapproche. 

Si vous n’êtes pas le gestionnaire direct de ce PER, l’organisme qui le prend en charge informe le titulaire des caractéristiques du plan, de son mode de gestion, de sa fiscalité, de l’évolution du compte, de la performance financière des investissements, du montant des frais prélevés bien entendu et des conditions de transfert du plan.

L’assurance vie

On ne le sait pas forcément, mais l’assurance vie est le premier moyen d’épargne en France et cela peut notamment faire partie des aides à solliciter en tant qu’indépendants afin d’envisager plus sereinement son avenir. Il existe trois catégories de contrats d’assurance vie en France : le contrat assurant la vie du titulaire, le contrat qui prend forme en cas de décès du titulaire et le contrat mixte, tous trois fonctionnent sur le même principe de base : le versement d’une rente au titulaire désigné par le contrat en cas de survenance d’un événement donné. 

En l’espèce, c’est l’assurance en cas de vie qui est plus intéressante puisqu’elle revient à faire un placement financier qui peut être utilisé au moment de la retraite si le souscripteur du contrat se désigne lui-même comme titulaire. Un contrat d’assurance-vie offre la possibilité de percevoir des fonds euros garantis, des actions et de l’immobilier, le tout non taxé en dehors des prélèvements sociaux à 17,2%.

Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here