Le mariage est bien un acte sacré et solennel marquant l’union de deux personnes. Par ailleurs, il peut nécessiter diverses procédures administratives pour assoir sa légitimité. Ainsi, lorsqu’un mariage est célébré hors du pays des mariés, différentes actions peuvent être engagées. Essentiellement, la transcription d’un mariage fait référence à toute procédure visant à faire reconnaître par la France un mariage célébré à l’étranger.

Sans elle, les époux ne seront pas considérés comme tels par l’État français. Comment donc se déroule cette procédure de transcription ? Quels sont les acteurs intervenant dans ce processus ? Les détails !

Qui s’occupe de la transcription du mariage ?

La demande de transcription du mariage est généralement faite par l’un des époux de nationalité française auprès de l’autorité compétente. Dans ce cas précis, l’autorité compétente serait toute institution publique habilitée à recevoir de telle demande. Ainsi, que ce soit à l’ambassade de France ou au consulat français du lieu de célébration du mariage, l’époux demandeur devra se munir des pièces nécessaires pour déposer sa demande.

Toutefois, il arrive que dans certains lieux il y ait plus de difficultés à lancer sa procédure de transcription de mariage. Pour les mariages célébrés au Maghreb, vous n’aurez pas à vous rendre à l’ambassade ou au consulat. Votre demande devra se faire par courrier au Bureau des transcriptions pour le Maghreb de l’état civil du ministère des Affaires étrangères.

Par contre, si vous avez eu l’opportunité de faire célébrer votre mariage par une autorité diplomatique française, votre mariage sera d’office reconnu par l’État français. Vous n’aurez plus besoin de faire une demande. Dans certains cas encore, cette pratique n’est pas usuelle puisqu’elle est généralement limitée au mariage de deux français.

Par ailleurs, en raison du type de mariage, généralement homosexuel, certaines ambassades ou certains consulats français ne sont pas habilités à célébrer.

Quelles sont les pièces à fournir ?

Pour demander la transcription de votre mariage fait à l’étranger, il vous faudra bien entendu réunir certains documents. Votre dossier devra contenir entre autres :

  • un formulaire de demande à remplir (vous pouvez l’obtenir à l’ambassade ou au consulat du pays en question) ;
  • un acte de mariage ;
  • des copies des actes de naissance de chacun des époux ;
  • des photocopies de vos passeports ;
  • un certificat de capacité de mariage si nécessaire.

En ce qui concerne ce dernier point, sa présence dans la constitution de votre dossier de demande de transcription de mariage n’est pas obligatoire. Cependant, elle peut grandement vous faciliter la tâche.

Un certificat de capacité de mariage

Le certificat de capacité de mariage est un document nécessaire pour tout français désireux de se marier à l’étranger. En générale, le Code civil prévoit que pour le mariage d’un français célébré à l’étranger ou par une autorité étrangère, il est indispensable d’obtenir un certificat de capacité de mariage. Évidemment, ce certificat ne sera délivré que lorsque certaines conditions seront remplies. Pour en faire une demande, vous devriez vous adresser à l’ambassade ou au consulat. Pour obtenir votre certificat de capacité de mariage, il faut réunir entre autres :

  • une fiche de renseignements ;
  • un justificatif de nationalité française ;
  • une copie récente de l’acte de naissance de chacun des époux ;
  • un justificatif de domicile ou résidence.

Que faire sans certificat de capacité de mariage ?

Si vous n’avez pas de certificat de capacité de mariage, vous pourriez éprouver quelques difficultés à obtenir la transcription de votre mariage. En effet, pour les autorités, cette situation pourrait cacher des vices de procédure. Ils pourraient être relatifs à un consentement vicié, à un défaut de présence de l’un des conjoints lors de la cérémonie de mariage ou encore à un mariage précipité. En effet, de tels éléments conduisent à la nullité du mariage.

Toutefois, même lorsqu’il n’y a aucun vice de consentement, il arrive que certains binationaux négligent l’obtention de ce document lorsqu’ils prévoient se marier à l’étranger. Dans de telles circonstances, ils encourent le risque de voir leur mariage rejeté par l’État français. Face à de telles situations, le procureur devra procéder à leur audition pour attester de la validité du mariage.

Quelles sont les étapes de traitement de la demande ?

Lorsque vous effectuez votre demande de transcription de mariage, celle-ci peut être acceptée ou rejetée. Lorsqu’il y a rejet, on parle d’opposition à la transcription. Dès lors, les deux époux sont avertis. Ces derniers pourront s’ils le désirent, saisir le tribunal pour que leur dossier soit à nouveau étudié. Le tribunal pourra après audition des époux demander la main levée de l’opposition.

Qu’est-ce que l’audition des époux ?

L’audition des époux est considérée comme un interrogatoire réalisé à l’endroit des parties. Elle a pour but de décider du bon fondement du mariage. L’audition des époux a généralement lieu lorsque le mariage de ces derniers n’est pas suivi d’un certificat de capacité de mariage.

Par ailleurs, cette audition peut aussi avoir lieu avant le mariage lorsqu’elle est jugée nécessaire. Ici, il est indispensable qu’il y ait la présence d’éléments douteux concourant à la nullité du mariage.

La transcription du mariage

Lorsque tous les documents nécessaires sont fournis, après l’audition des époux et après la validation du mariage par le tribunal : la transcription du mariage est accordée. Dans ce cas, l’époux demandeur est informé et il reçoit en plus d’un livret de famille un acte de mariage.

Les actes de nullités du mariage

On parle de nullité du mariage lorsqu’un élément matériel juridique s’oppose à la concrétisation de celui-ci. Il s’en suit l’annulation du mariage. Ce dernier n’aura jamais existé selon la loi. L’annulation du mariage ramène les concernés à leur état initial : ils ne sont plus des époux. Les cas de nullité du mariage sont de plusieurs ordres. On distingue notamment les cas de nullité relative, les cas de nullité relative absolue et les empêchements.

Les cas de nullité relative

Parmi les cas de nullité relative, nous avons entre autres :

  • le vice de consentement de l’un des époux ;
  • l’erreur sur la personne ;
  • la violence physique ou morale ;
  • l’un des conjoints à moins de 18 ans ;
  • l’un des conjoints est un majeur sous tutelle ou curatelle.

Les majeurs incapables sont des personnes reconnues devant la loi comme inaptes physiquement ou moralement. Il est donc nécessaire dans leurs cas d’obtenir les autorisations adéquates pour la célébration du mariage.

Les cas de nullité absolue

Parmi les cas de nullité absolue, on recense :

  • la bigamie ;
  • l’inceste ;
  • l’impuberté ;
  • la clandestinité du mariage ;
  • absence de l’un des époux lors du mariage ;
  • l’incompétence de l’officier d’État civil.

Cependant, lorsqu’une femme tombe grosse, son mariage est régularisé. Dans le cas du conjoint mineur, le mariage ne peut plus être annulé s’il atteint l’âge légal. Toutefois, à part ces cas évoqués, bien d’autres peuvent conduire à la nullité du mariage. En outre, il peut y avoir d’autres empêchements au mariage.

Les empêchements prohibitifs

Ceux-ci n’ont pas pour objectifs d’annuler le mariage, mais ils peuvent contribuer à son empêchement. Parmi ces facteurs, on note :

  • l’absence de publicité ;
  • l’absence d’examen prénuptial ;
  • le délai de viduité. 

 Avec tous ces éléments ou quelques-uns d’entre eux, l’action en nullité peut être lancée.

L’exercice de l’action en nullité

L’action en nullité peut être faite par l’un des époux ou toute personne qui trouve un intérêt à agir. Ainsi, il peut s’agir d’un intérêt patrimonial, moral ou pécuniaire. Le ministère public aussi est en droit d’agir pour contrariété à l’ordre public. Par la même occasion, l’un des époux est en droit de demander l’annulation du mariage s’il estime que son consentement a été vicié.

Les avantages de la transcription du mariage

En procédant à la transcription de votre mariage célébré à l’étranger, celui-ci est officiellement reconnu par l’État français. Il est de ce fait opposable aux tiers. Personne ne pourra douter de sa légalité. Par la même occasion, cette action pourrait grandement vous faciliter la tâche lors de certaines procédures administratives. C’est notamment le cas pour la déclaration de naissance, pour la procédure de demande de nationalité du conjoint étranger ou encore pour l’obtention du livret de famille.

Dans le livret de famille est représenté chacun des membres la constituant. Il doit être régulièrement mis à jour et on se le voit délivré :

  • lors du mariage ;
  • après la naissance du premier enfant ;
  • en cas de perte ;
  • en cas de vol ;
  • en cas de mise à jour ;
  • lors de la séparation des conjoints.

En définitive, la procédure de transcription de mariage à l’étranger est un processus regroupant plusieurs paramètres dont il faut impérativement tenir compte. Veillez à ce qu’elle ne soit pas entachée d’irrégularités !

Source : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/N142

L'actu Juridique :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here