Le droit à l’image : un droit important

Le droit à l’image protège les intérêts de chaque individu au sein d’une société. C’est une balise qui permet de respecter le droit que possède chacun de nous sur sa propre personne. Jusqu’où peut aller ce prestige ? Est-ce que les personnalités publiques sont aussi concernées par cela ? Quelle est la place du droit à l’image avec l’utilisation massive des réseaux sociaux ?

Qu’est-ce que le droit à l’image ?

Le droit à l’image est le droit que dispose une personne afin de faire opposition à toute forme de diffusion de son image sans son accord. Un droit qui est remis en cause pour les personnalités publiques face au droit à l’information et à la liberté de la presse.

L’image en référence ici n’est autre que la représentation physique d’une personne. Cela inclut les traits caractéristiques qui permettent de l’individualiser (sa physionomie).

Son objectif

Le droit à l’image vise à protéger les citoyens contre les reproductions qui peuvent nuire à leurs images. Il est applicable à tous les différents types de support existants. C’est-à-dire par vidéo et sur image. Que l’action soit néfaste ou bénéfique, ce droit permet à chaque individu d’avoir le monopole sur l’utilisation, la diffusion et la reproduction de son image. Aucune utilisation de l’image d’autrui ne peut être faite sans l’accord de ce dernier.

Pour résumer le principe, nous allons prendre un exemple basique. Par exemple, vous prenez en photo une personne en particulier. Puis, vous le publiez dans un magazine ou sur les réseaux sociaux. À la découverte de cet acte, la personne en question peut demander à ce que sa photo soit retirée. Elle a un droit complet sur son image.

Par contre, si sa photo apparait parmi ceux d’autres personnes, il ne s’agit pas seulement d’elle en exclusivité. Cette personne ne peut donc faire une opposition face à votre publication.

Le droit à l’image sur les réseaux sociaux

Le droit à l’image est souvent oublié ou négligé sur les réseaux sociaux. De nombreuses personnes utilisent une ou plusieurs images sans prendre conscience de l’infraction qu’il est en train de faire.

Il faut savoir que toutes les images qui sont proposées sur Google ne sont pas forcément libres de droits. Le moteur de recherche peut avoir le droit de l’utiliser, mais pas une tierce personne. De ce fait, il est préférable de toujours vérifier le droit à l’image d’une photo avant de le rendre public.

Pour revendiquer le droit à l’image sur les réseaux sociaux, il y a des conditions. Pour commencer, il faut que la personne soit facilement reconnaissable dessus. Ensuite, il faut que d’autres individus puissent le reconnaitre sur la photo. Autrement, il n’y a aucune violation de sa vie privée.

Les exceptions

Il y a des cas où le consentement de la personne apparaissant sur la photo n’est pas obligatoire pour publier celle-ci. C’est le cas pour une photo qui est prise dans un lieu public. L’objectif de l’appareil n’est pas concentré uniquement sur elle. Donc, elle est juste un élément parmi d’autres sur la photo.

L’image des personnes publiques n’a pas besoin de leur approbation pour être diffusion sur un support visuel. Il s’agit des célébrités, des personnages politiques et des personnes apparaissant dans un sujet d’actualité. Leur photo peut librement circuler. Du moment que l’utilisation de celui-ci n’est pas destinée à salir ou nuire à leur réputation et que les commentaires qui s’en suivent sont bien réels.

La republication autorisée

La republication autorisée est une option possible sur les réseaux sociaux. Lorsqu’une personne publie sa photo en mode public, il peut s’attendre à ce que celle-ci soit de nouveau publiée par d’autres personnes.

Cette possibilité est rendue possible grâce à l’autorisation illimitée que procure le partage de photo sur les réseaux sociaux. De ce fait, tout le monde peut utiliser, copier, reproduire et modifier toutes les images qui sont postées sur les réseaux sociaux.

Pour maintenir le droit à l’image, il est préférable de restreindre le cercle de diffusion d’une photo. D’ailleurs, c’est pour cette raison que beaucoup de personnes décident de ne pas rendre leur profil public.

Quelles sont les limites du droit à l’image ?

Le droit à l’image a certaines limites. En effet, elle est placée au second plan lorsque le droit à l’information s’impose. Cette partie permet donc de résumer clairement la frontière d’application de cette autorité que peut avoir un individu sur les images qui relatent sa propre personne.

Les personnalités publiques

La première limite concerne toujours le côté public que possède un personnage. Il y a des gens qui perdent automatiquement leur droit à l’image dans le cadre de leur travail. Leur profession et leur activité professionnelle sont donc une limite à l’application du droit à l’image.

Pour rappel, un personnage est dit public lorsqu’il est célèbre pour le métier qu’il exerce (le cas des acteurs, chanteurs et mannequins). Sont également considérés comme de renommés publics, les personnes tenant un rôle important au sein de la société (comme un ministre, le président de la République).

Les réseaux sociaux sont le nouveau barrage à l’application du droit à l’image. Il faut en être conscient avant de revendiquer son droit au-delà d’une publication de photo. La question se pose de savoir si cette liberté des réseaux sociaux est mondiale.

Le droit à l’information et l’actualité

La seconde limite du droit à l’image n’est autre que le côté public et généraliste de la photo. Si le visage d’un individu apparait dessus, mais qu’il n’en fait pas le gros plan, il ne peut pas faire appel à son droit à l’image. La plupart du temps, ce sont des images informatives. Elles visent à tenir au courant la population d’un fait ou d’un événement important.

Le droit à l’information résulte de la liberté d’information. Celle-ci est stipulée par la Déclaration universelle des droits de l’homme. A priori c’est un droit qui est offert au citoyen par rapport aux informations détenues par le gouvernement. Toutefois, elle est également applicable à tous les individus citoyens de tous les pays.

L'actu Juridique :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here